Abstrait #3 (ou Pot-Pourri en dégradé)

(cliquer pour agrandir l'image)

C'est drôle, l'image est à peu près faite seulement de dégradés superposés en de nombreux calques Photoshop (dans Photoshop). Pourtant il y a des parties de l'image extrêmement découpés au travers. J'accroche pour l'effet d'accumulation de morceaux et la très grande profondeur (du noir au blanc).

À noter : faire de la profondeur avec Photoshop, ça peut se faire avec une dizaine de calques presque semblable à 10 % d'opacité. Dans la subtilité, et pourtant fait si grossièrement ! Avec une idée précise en tête, c'est sûr que ça aurait été plus long à faire…

J'aimerais ici évoquer la ressemblance de textures qu'utilise l'artiste Jean Dallaire (en espérant ne pas lui faire honte). Ce que j'ai esquissé me fait beaucoup pensé au feeling que j'ai devant un certain style à Jean Dallaire (la texture du Coq Licorne, notamment, ou celle dans Julie).

Et puis j'aime faire de la fantaisie à partir de la réalité. Trop ? Pas encore assez ? Est-ce un style ou un fardeau involontaire qui me détourne des vrais enjeux ?
Il y a être vivant et être rêveur (bref, dormir debout!) qui se confrontent…